la vérité sur les probiotiques

Probiotiques et SII : traitement miracle ou faux-semblant ?

Qu'est-ce que les probiotiques ?

Notre intestin regorge naturellement de multiples bactéries, dont le regroupement est aussi appelé microbiote. Ces « bonnes » bactéries se chargent de digérer les aliments que l’on absorbe et sont essentielles au bon fonctionnement de notre système digestif. Si vous êtes atteint du SII (Syndrome de l’Intestin Irritable) il est possible que l’on vous recommande de prendre des probiotiques. Il s’agit de milliards de bactéries de différentes souches sous forme de gélules, à ingérer, afin de repeupler votre intestin avec les bonnes bactéries qu’il vous manquerait pour accomplir leur travail de digestion.

Après avoir moi-même testé un de ces traitements, il me tenais à cœur de vous partager mon retour d’expérience et mes recherches à travers cet article.

Traitement miracle ou faux-semblant ?

En effet, les probiotiques n’ont absolument pas eu d’effet sur moi, pire ce fut l’inverse : maux de ventre, nausées, ballonnement,… Mes symptômes sont revenus ! Après quelques recherches, j’ai eu la confirmation que pour certains d’entre nous, les probiotiques fonctionnent mais pour beaucoup d’autres, ce n’est pas le cas.

« Il faut traiter 7 patients avec des probiotiques pour qu’un seul en tire bénéfice »

Et pour cause, selon le Professeur J-M Sabaté – Gastro-entérologue et chercheur à l’Inserm – l’efficacité des probiotiques est : « variable suivant le type de bactérie, la souche, la quantité et le mode d’administration ». Ils sont aussi un effet non durable, car les probiotiques ne font que passer dans le tube digestif, ils ne s’y accrochent pas. Si l’effet est bénéfique pour certains, cela va durer le temps de la prise du traitement. Des études ont montré qu’au bout de 24h ou 48h après l’arrêt de la prise, on ne peut plus les détecter dans les selles. Et selon la publication d’une revue avec méta-analyse de 2014, il rappelle « qu’il faut traiter 7 patients avec des probiotiques pour qu’un seul en tire bénéfice ».

Il nous indique aussi que seules quelques souches sont convaincantes, à savoir :

  • Bifidobacterium infantis 35624
  • Bifidobacterium animalis
  • Lactobacillus plantarum DSM 9843
  • Escherichia coli DSM 1752

D’où l’importance de connaître précisément la composition des probiotiques que vous prenez.

Le jeu de dupes des labos

Il faut savoir que les probiotiques ne sont pas considérés comme des médicaments mais comme des compléments alimentaires. La législation encadrant les compléments alimentaires étant différente, les laboratoires ne sont pas tenus de présenter des études pour prouver l’efficacité des probiotiques qu’ils vendent. La plupart présentent habilement des études positives.

« Parfois même, certains laboratoires publient des résultats intéressants obtenus chez l’animal, mais se gardent bien de communiquer sur les résultats négatifs des mêmes études réalisées chez l’homme ! » précise le professeur J-M Sabaté

Un mensonge par omission donc, qui m’a un peu hérissé le poil ! Mais qui n’a rien d’étonnant quand on comprend qu’une personne sur sept est touchée par le SII, ce qui équivaut à 8 millions de français. Un marché juteux donc, qui peux attirer beaucoup de marques et de laboratoires peu scrupuleux. Je pense que vous comprenez mieux désormais mon scepticisme envers ce type de traitement.

Pas assez ... Ou trop de bactéries ?

Ma grande question au fil de mes lectures sur les probiotiques. Il est vrai que les probiotiques et la recherche sur le microbiote sont une réelle avancée médicale pour les personnes concernées. Il a été démontré grâce à cela que certaines personnes manquait de bactéries et qu’il fallait repeupler l’intestin pour améliorer la qualité du microbiote.

Et si c’était différent pour la plupart des personnes atteintes de SII comme moi ? Quand j’ai observé mon état durant la prise de ce type de traitement, je me demande qu’une chose : et si j’avais trop de bactéries ? Finalement mon problème n’est peut-être pas de repeupler mon intestin, peut-être qu’il foisonne bien plus que la moyenne et sur-réagit à chaque absorption de sucres complexes (FODMAPs). Qui sait ? La recherche suit son cours et j’espère saura répondre à cette question un jour afin de nous éclairer et de nous aider dans l’amélioration de nos symptômes.

Conseils

Si je peux vous donner quelques conseils à suivre en cas de traitement par probiotiques :

  • Faites vous accompagner par votre médecin ou gastro-entérologue, eux seuls sont habilités à vous donner des probiotiques dont les souches seront adaptés à votre cas
  • Analysez bien la composition de vos probiotiques avec votre médecin
  • Si aucune composition n’est visible sur le produit : fuyez ! On ne se soigne pas avec du marketing et une jolie boîte
  • Si les probiotiques n’ont aucun effet ou pire, empire votre état : stopper le traitement et parlez-en à votre médecin. Les souches ingérées ne correspondent sûrement pas à votre cas
  • Si les probiotiques fonctionnent sur vous : ça, c’est une super nouvelle ! Et si l’effet est durable, c’est encore mieux pour vous. Vous faites parti des chanceux et il vous faut savourer cette victoire
  • Enfin, essayez le régime faible en FODMAPs, certe restrictif, mais tellement plus efficace ! (75% des personnes atteintes du SII voient une amélioration, voire une disparition des symptômes)
 Courage, force et honneur mes FoOdmapers !

Sources :
www.monashfodmap.com

Intestin irritable, les raisons de la colère – Pr. J-M. Sabaté – Gastro-entérologue, chercheur à l’Inserm – Editions LAROUSSE

Plus
D'articles

N'hésitez pas à partager ;)
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Tulipe
Tulipe
10 mois il y a

J’ai testé l’Alflorex, une horreur. Je l’ai pris pendant 2 jours, sans problème particulier. Au 3ème jour, ballonnement gaz nausées j’ai cru que j’allais avoir une diarrhée. J’ai tout arrêté du jour au lendemain.

Le protocole FODMAP est-il fait pour vous ?

Découvrez si vos symptômes correspondent et les contre-indications à ce régime