comment eviter alcool sans perdre ses amis

Régime FODMAP : Comment éviter l’alcool sans perdre ses amis ?

Régime FODMAP : Comment éviter l’alcool sans perdre ses amis ? Et être renié de sa famille. Et dénigré par ses collègues. Et moqué par les serveurs. Et montré du doigt par ses voisins de table. Et soupçonnée d’être enceinte. Bref … vous voyez le topo.

Boire de l’alcool dans notre société (et surtout dans mon pays qu’est la France) c’est bien plus qu’une consommation de liquide. C’est un phénomène de société, une tradition. C’est simple, si vous ne buvez pas d’alcool, c’est pour deux raisons : soit votre religion vous l’interdit, soit vous êtes enceinte. Et si vous n’êtes concerné par ni l’un ni l’autre, et bien il se peut qu’un tonnerre de jugements et de réprimandes s’abatte sur vous.

Et si vous évitez de boire de l’alcool dans le cadre d’un régime, alors là, c’est le combo maxi best of pour vos détracteurs :

  • « Quel régime ? Nan mais ça va juste un verre là ça va pas te tuer »
  • « Nan mais l’alcool c’est bon pour la santé, un verre de rouge par jour ça protège les artères … bla bla »
  • « ça vaaaa… tout le monde à des petits soucis digestifs pas besoin de se priver pour ça ».

On peut se retrouver complètement rejeté socialement si l’on ne boit plus d’alcool. Psychologiquement, c’est très difficile à vivre, car les réflexions pleuvent avec des arguments pourtant non fondés (sérieux les gens, c’est mauvais pour la santé l’alcool de base donc foutez-moi la paix en fait ahah 😅). Alors comment j’ai fait pour tenir mon protocole FODMAP et éviter l’alcool au quotidien ?

Voici mes conseils pour éviter l’alcool dans le cadre du régime FODMAP sans perdre ses amis :

1.   Communiquez sur le protocole FODMAP, pas sur l’arrêt de l’alcool

Selon moi, la première des choses à aborder autour de soi, c’est votre régime FODMAP pour soulager votre intestin irritable. Il s’agit de communiquer sur la maladie, l’intestin irritable, le protocole à suivre pour détecter vos intolérances alimentaires … plutôt que de parler d’emblée de vos restrictions.

Si vous commencez votre phrase par « Non merci, je ne bois plus d’alcool en ce moment parce que je suis un protocole pour soulager mon intestin irritable bla bla … » vous pouvez être sûr que votre interlocuteur ne retiendra que le début de votre phrase, à savoir que vous êtes en train de lui faire l’affront de refuser de boire, le pire des crimes.

En revanche, si vous amenez le sujet de la manière suivante : « Je suis atteint du SII, c’est une maladie inflammatoire de l’intestin. Pour aller mieux, je teste un protocole qui s’appelle FODMAP et qui demande des restrictions alimentaires pendant quelques semaines, l’alcool en fait partie. » Vous allez pouvoir ainsi aiguiller la conversation sur le syndrome de l’intestin irritable et le régime FODMAP. Sur vos symptômes, votre parcours et votre objectif pour vous en sortir. C’est bien mieux que de devoir se justifier pendant une heure sur le fait que vous arrêtez l’alcool (même temporairement).

2.   Faites diversion

Bon, ce conseil va complètement à l’encontre du précédent ahah. Mais il peut s’avérer utile dans certains contextes. Avec des amis ou de la famille un peu trop ancrés sur leurs principes, qui ne savent pas écouter et quoi qu’on dise vont nous sortir un gentil : « arrête tes conneries et sers-toi un verre ».

Avec ce type de personne, malheureusement la transparence risque de ne pas fonctionner. Le mieux reste donc de subtilement éviter d’aller au front en faisant diversion. Servez-vous vous-même un verre de soft en prétextant commencer « doucement » et garder ce verre tout au long de l’apéro.
À table, faites-en sorte de vous faire servir très peu de vin (rouge de préférence, car plus faible en FODMAP) et trempez les lèvres, sans pour autant boire votre verre. Il y a de grandes chances que cela passe inaperçu. N’hésitez pas à vous faire aider par un « complice » de confiance qui connaît votre situation (la personne qui partage votre vie, votre frère ou votre sœur, votre BF …).

3.   Restez fixé sur votre objectif

On parle du regard et des réflexions des autres, mais souvent notre pire ennemi … c’est nous-mêmes ! L’arrêt de l’alcool est trop difficile pour vous ? Rappelez-vous que si vous vous êtes lancé dans le protocole FODMAP et que vous devez éviter l’alcool, ce n’est pas un hasard. 

Souhaitez-vous réussir votre protocole de détection des intolérances alimentaires ? Alors vous savez qu’il faut vous restreindre durant quelques semaines de votre vie seulement. L’alcool est peut-être le plus difficile à éviter dans notre société. C’est pourquoi il faut vraiment vous focaliser sur votre objectif et vous poser les bonnes questions. Pourquoi le faites-vous ? Et combien de temps cela va-t-il durer ? 

Il existe quelques alcools faibles en FODMAP si l’on veut craquer de manière exceptionnelle, voir la liste ici. Pour autant, votre volonté doit être de fer. Visualisez-vous une fois le protocole terminé, vos soucis digestifs envolés et votre objectif atteint. Vous pourrez reboire de l’alcool plus vite que vous ne le pensez (avec modération bien sûr !).

4.   Évitez les personnalités toxiques

Si malgré toutes mes astuces pour éviter l’alcool vous vous sentez jugé et subissez trop de réflexions ; le meilleur conseil que je puisse vous donner est de vous éloigner des personnalités toxiques. Que ce soit pour tenir votre régime FODMAP sur la durée ou … pour votre tranquillité d’esprit de base dans la vie.

Et vous, avez-vous déjà eu à éviter l’alcool ? Quel autre conseil pourriez-vous donner aux Foodmapers qui nous lisent pour les aider ? Parlons-en en commentaires ! 

Pour continuer à suivre toutes mes publications, voici mes comptes Facebook Foodmapers et Instagram @foodmapers_sii

Vous êtes également libre de partager cet article autour de vous : les Foodmapers sont plus nombreux qu’on ne le pense 😉

Plus
D'articles

N'hésitez pas à partager ;)
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Delphine
Delphine
8 mois il y a

Merci pour ton article et tes conseils ! Je me souviens quand on allait au restau avec les collègues ou dans le cadre d’un séminaire et qu’on ne prenait pas d’alcool, on soulevait de suite des interrogations du type « ça y est, elle est enceinte ! ». C’est fou comme un acte aussi banal que de ne pas boire d’alcool peut provoquer de la gène ou des soupçons…

Verónica
8 mois il y a

Je me suis déjà retrouvé avec certaines situations que tu as mentionnées. Les gens préfèrent éviter en parlent de santé et vivre dans le déni.
Éviter l’acol c’est difficile sans l’aide de l’entourage. Merci pour ton article, agréablement convaincu.

Le protocole FODMAP est-il fait pour vous ?

Découvrez si vos symptômes correspondent et les contre-indications à ce régime